Pollens congelés à l'état frais, propolis primeurs, gelées royales fraîches, miels bien-être...

Les produits de la ruche dans la nutrition sportive


La pratique d'une activité physique est vecteur de bonne santé et favorise notre métabolisme. Pollens frais, propolis ou superfruits permettent cependant de prévenir, voir soualger l'apparition de certains troubles musculaires ou digestifs. 

POURQUOI LE SPORT EST-IL BON ?

Une activité physique est vecteur de bonne santé car elle favorise notre métabolisme notamment par :
1.
Une bonne circulation sanguine
2.
Une meilleure oxygénation de nos cellules
3.
La sollicitation de nos muscles et de nos os favorisant leur entretien
4.
L’activation de la synovie qui irrigue notre cartilage
5.
Une meilleure respiration externe première étape de l’équilibre acido-basique
6.
La création d’endorphines, neurotransmetteurs du bien-être
Une nutrition adaptée au type d’effort pratiqué est sans conteste un bonus extraordinaire pour maximiser ses performances ainsi que sa récupération.

ACTIVITÉ PHYSIQUE ET BIEN-ÊTRE INTESTINAL

UN IMPACT GLOBALEMENT POSITIF 
L’activité physique entraîne la contraction des muscles intestinaux, favorisant ainsi l’absorption des nutriments par l’intestin.  Nombre de sports sollicitent également le travail des muscles abdominaux. Il stimule le bon fonctionnement du système digestif ainsi que l’évacuation des selles. L’activité physique est donc tout indiquée pour les individus souffrant de problèmes de constipation, favorisée par la sédentarité. Les individus qui ne pratiquent aucune activité physique ont plus de risques d'en souffrir.
 
Le sport augmente également l’apport en oxygène du corps, ce qui entraîne une réduction du niveau de stress. Comme le stress peut avoir des effets néfastes sur le système digestif, la pratique d’un sport est favorable à son bon fonctionnement.
ATTENTION À L’APPARITION DE CERTAINS TROUBLES
Bien que les effets du sport sur le système digestif soient majoritairement positifs, certains troubles peuvent apparaître en pratiquant une activité physique intense. En effet, lors de la pratique d’un sport intense, l’afflux sanguin du corps est redirigé des organes vers les muscles sollicités afin de leur fournir une oxygénation suffisante. Cette baisse d’afflux sanguin dans les organes, comme ceux composant le système digestif, entraîne un ralentissement de leur fonctionnement.
Ce ralentissement peut lui-même entraîner l’apparition de troubles. Les coureurs sont souvent affectés par des troubles digestifs, particulièrement lorsqu’ils pratiquent leur sport sur une longue distance, lors d’un marathon par exemple. Parmi ces troubles, on retrouve la diarrhée ou les reflux gastriques provoqués par l’effort.
L’IMPORTANCE D’UN MICROBIOTE INTESTINAL ÉQUILIBRÉ CHEZ LES SPORTIFS
Tous les sportifs recherchent le meilleur équilibre entre énergie, digestion et récupération. En efforts longs, beaucoup se plaignent de désagréments digestifs, pénalisant leurs performances. Travailler en amont sur son alimentation va favoriser l’intégrité des intestins.

Un microbiote intestinal sain permet d’améliorer l’assimilation, la digestion et de disposer pleinement des nutriments ingérés et par conséquent les performances sportives.
 
En effet, une muqueuse intestinale renforcée limite le risque d’hyperperméabilité intestinale avec un syndrome de fatigue chronique associé.  Elle rend plus résistant à toutes sortes de réactions de sensibilité ou d’intolérance (gluten, lactose) et d’inflammations diverses (blessures à répétition, tendinites persistantes, petites infections récurrentes…).

LE POLLEN DE CISTE DANS LA STRATEGIE NUTRITIONNELLE DU SPORTIF

En phase de préparation, le pollen de ciste est particulièrement adapté pour renforcer et protéger la sphère intestinale car il présente une grande quantité de ferments lactiques appartenant à la famille des lactobacilles à "effet probiotique", alliés d’une flore intestinale équilibrée. Il contribue également à consolider la muqueuse de l’intestin pour lutter contre la porosité intestinale ou "leaky gut syndrom". Cette perméabilité favorise la pénétration dans l’organisme de fragments protéiques qui vont entrainer une réaction immunitaire.
 
Cette perméabilité favorise la pénétration dans l’organisme de fragments protéiques qui vont entrainer une réaction immunitaire. Ces fragments protéiques anormalement présents et ces réactions immunitaires vont favoriser les inflammations et vont aussi agresser les tendons. Cette situation peut être aggravée par le sport mais aussi par la consommation de médicaments (les anti-inflammatoires) ou de composés auxquels on serait intolérant (lactose du lait pour certains, gluten du blé pour d’autres pour ne citer que les plus fréquents !).
Pollen congelé à l'état frais de ciste Aristée®
En apportant de la vitamine E et des  caroténoïdes, il participe à consolider les jonctions serrées des cellules de l’épithélium intestinal, favorisant une barrière sélective compétente. Il permet de mieux profiter des micronutriments précieux de notre alimentation.
Les pollens frais aident à retrouver un système digestif sain pour une assimilation optimale des nutriments.
Un système digestif sain permet aussi une assimilation optimale des nutriments. S’il ne fonctionne pas bien, les macronutriments mal décomposés ne peuvent être absorbés. Résultat : les sucres restent dans le tube digestif et fermentent (gaz, ballonnements). Les protéines ne peuvent être absorbées et subissent un processus de putréfaction (gaz malodorants, ballonnements). Les lipides se retrouvent dans les selles (diarrhées) et les vitamines liposolubles, dépendant de l’absorption des lipides ne seront pas absorbées non plus.
 
Le pollen de ciste est également riche en fibres (12,8 g pour 100 dont 3,2 g de fibres solubles et 9,6 g de fibres insolubles). Cet apport participe naturellement à la régulation du transit et à la diminution du pic glycémique. En effet les fibres ralentissent la vitesse d'absorption de certains nutriments, dont les glucides et permettent ainsi de ne pas élever trop rapidement la glycémie sanguine.
La performance ne vient pas que des jambes, de la tête, de l’entraînement, du matériel… mais aussi du système digestif ! C’est le "terrain" qui reçoit les aliments pour les digérer en nutriments, ces derniers étant, par la suite, absorbés et, in fine, assimilés au niveau cellulaire. Donc, un seul mot: "Prenez soin de lui !". Ce n’est pas pour rien que l’on appelle le ventre notre "deuxième cerveau". Le pollen de ciste contribue aussi à protéger l’organisme des virus et bactéries. 
De nombreuses études ont démontré qu’une amélioration de la flore intestinale renforce l’immunité localisée en grande partie (70%) autour de nos intestins. Naturellement riche en vitamine B2, il contribue à la réduction de la fatigue, dynamise l’organisme et améliore la résistance. Egalement riche en sélénium, il va contribuer à moduler et adapter la réponse anti-inflammatoire et immunitaire.
Cuillère de pollen frais de ciste Aristée®
En phase de préparation, la personne peut consommer jusqu’à 2 cuillerées à soupe par jour de pollen de ciste au minimum 3 semaines avant l’évènement sportif.  La consommation de pollen préservé à l’état frais Aristée peut permettre d’une part d’améliorer la qualité des séances d’entraînement et d’autre part de limiter les effets néfastes de l’entraînement (troubles digestifs, altération du système immunitaire, dégradation des fibres musculaires...). Et ainsi elle contribue à la progression et à l’amélioration des performances du sportif.
Les pollens Aristée en général sont riches en vitamines du groupe B. Cette famille de vitamines participe à la transformation des glucides, des protéines et des acides gras pour fournir l’énergie indispensable aux muscles. Il s’agit donc de vitamines très utiles au sportif d’endurance.
Ils contiennent également une part importante de glucides, ces macronutriments qui sont à privilégier pour une amélioration des performances en endurance. La charge glycémique des pollens même les plus riches en glucides restent modérée à raison d’une à 2 cuillerées à soupe.
Le pollen frais de ciste Aristée® participe à limiter l'acidification de l'organisme
Riche en minéraux, ils sont également alcalinisants et participent à limiter l’acidification de l’organisme.  En cas d’alimentation trop acidifiante, notre organisme serait obligé de puiser des substances tampons. Or "ces tampons" sont liés au calcium sous forme de bicarbonate de calcium et de citrate de calcium, deux substances dont la réserve principale est le squelette. En cas d’acidose, notre organisme serait donc amené à extraire du squelette des substances "tampons" ainsi que l calcium auxquelles elles sont liées.  Le squelette se trouve alors fragilisé et deviendrait sujet à l’ostéoporose. En ce qui concerne le sportif d’endurance, le risque de fracture de fatigue pourrait se majorer. Un climat trop acide pourrait favoriser la fonte musculaire et les tendinopahies. Il est important aussi de rappeler que le sport à "haute dose", favorise une acidose métabolique associé partiellement un déséquilibre de l’équilibre intestinal pouvant entraîner de fortes diarrhées favorisant l’élimination des bicarbonates mais aussi de minéraux aux vertus alcalinisantes (potassium par exemple).
Pour renforcer la prévention contre le risque d’infections, il est recommandé d’associer la prise de 2 gélules de propolis de Baccharis ou de Peuplier pendant 3 semaines.
Propolis primeurs Aristée®

PRODUITS ARISTÉE COMPLÉMENTAIRES EN PHASE DE PRÉPARATION

LE POLLEN DE CERISIER
Pollen frais de cerisier BIO Aristée®
Pour l’apport en nutriments dynamisants, on peut également conseiller le pollen de cerisier avec son apport intéressant en nutriments dynamisants. Il est riche en vitamine C impliquée dans le métabolisme le métabolisme du fer (augmentation de son absorption) et dans le métabolisme immunitaire. Elle contribue à limiter fatigue et asthénie. À raison d’une cuillerée à soupe en complément du pollen de ciste au minimum 3 semaines.
RÔLE DES PROTÉINES APRÈS L’EFFORT
Lors de la réalisation d’un exercice prolongé et/ou intense, des acides aminés (élément de base des protéines) entrant dans la composition des protéines musculaires sont utilisés à des fins énergétiques nécessaires pour réaliser l’effort. Même si l’utilisation de ces acides aminés est faible en quantité, cela a des conséquences importantes sur le fonctionnement des muscles. Après l’exercice, l’organisme se met automatiquement dans une phase de reconstruction des protéines musculaires (appelée "anabolisme") dont l’efficacité dépend fortement de la disponibilité en acides aminés et de différents signaux hormonaux, dont ceux  déclenchés par l’insuline. Ainsi, un apport en protéines et en acides aminés après l’exercice favorisera la reconstruction musculaire. Pour une efficacité optimale, un apport simultané en certains glucides type glucose est nécessaire car ils favoriseront la sécrétion d’insuline.
Pour cette phase de récupération, on peut conseiller le Nutripollen ou le pollen d’aubépine pour leur apport en protéines végétales.
RÔLE DES ANTIOXYDANT APRÈS L’EFFORT
RÔLE DES ANTIOXYDANT APRÈS L’EFFORT
Lorsque les radicaux libres sont produits en quantité raisonnable, ils participent "positivement" à la vie de la cellule. À l’inverse, quand ils sont produits en trop grande quantité, ils peuvent entraîner des dommages cellulaires importants, notamment au niveau des muscles et des articulations.
 
Lors de la réalisation d’un exercice ou d’une compétition de forte intensité, surtout s'il est pratiqué de façon occasionnelle, on observe une augmentation importante des radicaux libres qui entraîne des dommages structurels au niveau des cellules musculaires. Les conséquences directes sont une force musculaire diminuée et une apparition de la fatigue plus précoce à l’origine de contre-performances ou même de blessures délétères pour le(la) sportif(ve) !
Pour lutter contre les dommages musculaires, les effets protecteurs des antioxydants sont également réputés dans l’univers du sport. Ces molécules permettent en effet de limiter les dégâts causés par les radicaux libres. Déchets de la respiration, ces éléments radicalaires sont produits en plus grande quantité lors d’efforts physiques intenses. Comme les protéines, les antioxydants présentent ainsi des atouts non négligeables pour soutenir l’activité musculaire et accélérer la récupération après le sport. C’est d’ailleurs pour cette raison que les antioxydants et les acides aminés servant à la synthèse des protéines sont des molécules utilisées dans la formulation de nombreux compléments alimentaires pour le sport.
RÔLE DES ANTIOXYDANT APRÈS L’EFFORT
L’ASSOCIATION DE POLLEN DE FORTIPOLLEN ET DE NUTRIPOLLEN OU D’AUBÉPINE EST PARTICULIÈREMENT RECOMMANDÉE pour une combinaison bénéfique d’antioxydants et de protéines. Associer l’apport en protéines à une supplémentation en antioxydants favorise la récupération après l’effort. Cette combinaison a en effet montré des résultats positifs pour limiter les douleurs musculaires.  Les pollens qui sont également alcalinisant vont contribuer à rétablir un bon équilibre acido-basique chez la personne sportive*.
 
On peut alors conseiller 1 cuillerée à soupe de l’un le matin au cours du petit déjeuner et 1 cuillerée à soupe de l’autre à la fin du déjeuner.
*Tout effort musculaire fabrique des déchets acides. L’activité physique va donc créer un environnement acide au niveau des muscles, du sang, et de l’ensemble du corps, par la fabrication et la libération d’acide lactique, des peroxydes toxiques (radicaux libres), des corps cétoniques, et des destructions cellulaires. Cette acidité se manifeste chez le sportif par une fatigue, une fatigabilité à l’effort, des courbatures, des crampes , une récupération incomplète… Elle favorise l’apparition de phénomènes inflammatoires, et de blessures sportives, telles que les tendinites.